Back to English

L’Ordre des psychothérapeutes autorisés de l’Ontario appuie les mesures visant à supprimer les obstacles à l’égalité d’accès des Ontariens aux soins que les psychothérapeutes autorisés sont en position de leur prodiguer.

En adoptant une réglementation stricte, on s’assure que tous les intervenants du système de soins de santé peuvent avoir confiance dans la qualité des soins prodigués par les psychothérapeutes autorisés. L’Ordre s’engage à établir et à maintenir les normes nécessaires pour avoir en Ontario des services de psychothérapie qui soient qualifiés et  responsables.  Responsable de la réglementation de plus de 6500 psychothérapeutes autorisés en Ontario, il a pour principal mandat de protéger le public. Depuis 2015, il établit et met en œuvre les mécanismes réglementaires suivants qui assurent la sûreté, l’éthique et la compétence de la pratique psychothérapeutique :

  • Il fait en sorte que toute personne lui faisant une demande d’inscription satisfait à des normes de scolarité rigoureuses avant qu’elle puisse exercer la profession de psychothérapeute autorisé ou d’employer ce titre.
  • Il établit et met en œuvre des normes et des lignes directrices quant à la pratique et à la conduite de ses membres.
  • Il assure la qualité des soins en mettant sur pied un vigoureux programme d’assurance de la qualité grâce auquel les membres peuvent améliorer continuellement leurs compétences et leurs connaissances.
  • Il répond aux plaintes sur ses membres.

De nos jours, les patients s’attendent à ce que les psychothérapeutes autorisés soient des membres accessibles de leur équipe de soins en pratique privée, dans les organismes de soins
de santé hors établissement et dans les hôpitaux. Le réseau de mise en œuvre connaît toutefois quelques problèmes empêchant les patients de profiter des soins que les psychothérapeutes autorisés sont en position de leur prodiguer. Si le système de soins de santé ontarien savait mieux tirer parti du nombre croissant de psychothérapeutes autorisés, les soins de santé mentale qui y sont prodigués seraient de meilleure qualité, ce qui améliorerait la continuité des soins pour les patients qui pourraient ainsi choisir leur thérapeute et le site de leur traitement.