Répercussions de la pandémie sur les inscrits dans la catégorie PA (stagiaire)

By November 30, 2020News

le 30 novembre 2020

Tous les inscrits (à l’exception des inscrits temporaires et des inscrits bénéficiant des politiques de mobilité des travailleurs ou d’un droit acquis)

à l’OPAO sont d’abord classés dans la catégorie de psychothérapeute autorisé (stagiaire). Ces inscrits sont autorisés à pratiquer la psychothérapie dans leur aire de compétence, y compris exécuter l’acte autorisé de psychothérapie. Leur certificat d’inscription stipule toutefois qu’ils sont tenus de travailler sous supervision clinique.

Pour passer de la catégorie PA (Stagiaire) à la catégorie PA, il faut avoir complété 450 heures de contact direct avec les clients et 100 heures de supervision clinique, et réussi l’examen d’admission. Il s’agit d’exigences légales du règlement sur l’inscription ne souffrant aucune exception. Même s’il est tenu de donner l’examen seulement une fois par an, l’Ordre tente de le faire deux fois par an afin d’aider les PA stagiaires à satisfaire à ces normes, ce qui ne garantit toutefois pas une place à chacun d’entre eux. Ceci a été le cas pendant les circonstances atténuantes liées à la pandémie.

L’examen d’admission est conçu et subi aux candidats par COMPASS, une entreprise indépendante de l’Ordre. Pour l’instant, il faut le passer en personne, normalement deux fois par an, aux endroits désignés à cette fin. Nous avons annulé la séance d’avril 2020 afin de respecter les directives gouvernementales sur la fermeture des entreprises non essentielles en période de pandémie.

À l’approche des examens d’octobre, nous nous sommes rendu compte qu’il était plus difficile de trouver des lieux d’examen et que les rares lieux disponibles comportaient peu de places en raison des normes d’éloignement physique. C’est pourquoi COMPASS a ajouté deux jours supplémentaires pour subir l’examen d’octobre 2020. Nous avons communiqué cette information à tous les candidats éventuels avant la période d’inscription à l’examen.

En raison de la hausse des taux d’infection qui a immédiatement précédé l’examen d’octobre, le gouvernement a adopté des directives rendant encore moins facile la recherche de lieux d’examen comportant un nombre suffisant de places. Qui plus est, il est devenu difficile de trouver des surveillants étant donné que certaines personnes formées à cet effet ont décliné notre offre pour des raisons personnelles ou de santé. Toutes ces raisons ont grandement réduit le nombre de places disponibles. Par conséquent, même si nous avions prévu trois journées d’examen, certains candidats inscrits à l’examen (y compris une partie de ceux qui avaient demandé des mesures d’adaptation) se sont fait rembourser, car ils n’avaient pas réussi à trouver de places.

Nous avons donc prévu d’autres séances en février 2021, ce qui donne aux inscrits la chance de passer leur examen dès que possible. Nous avons déjà offert aux inscrits qui s’étaient fait

rembourser la séance d’octobre 2020 la possibilité de passer leur examen en février. Le prochain examen régulier aura lieu le 29 avril 2021.

Depuis février 2020, COMPASS essaie de trouver une façon de surveiller les séances à distance, afin de faciliter aux candidats l’accès aux examens et d’améliorer la sécurité de ces examens tout au long de la pandémie. Bien que d’autres organismes de réglementation aient fait surveiller leur examen à distance, le nôtre n’est pas un examen à choix multiples, contrairement au leur. Il nous faut donc adapter à nos fins la plateforme de télésurveillance. Cependant, il faut résoudre certains problèmes graves associés aux normes logistiques et techniques avant de faire surveiller notre examen à distance. C’est pourquoi nous avons demandé à des experts de s’en occuper. Nous tiendrons les intervenants au courant dès qu’il y aura de nouveaux développements.

L’Ordre reconnaît qu’il se peut que les inscrits aux catégorie PA (Stagiaire) répondant aux critères de contact direct et de supervision clinique sans avoir eu la possibilité de passer l’examen n’aient pu devenir psychothérapeutes autorisés en temps voulu. Chez certains d’entre eux, cette situation risque de compromettre leur emploi et leur assurance de responsabilité civile. Bien que l’Ordre n’ait pas l’autorité nécessaire pour prendre position sur la rémunération de l’inscrit, il reconnaît la possibilité de répercussions financières et ne ménage aucun effort pour régler le problème dès que possible, compte tenu des circonstances exceptionnelles.

En outre, l’Ordre sait bien qu’un grand nombre d’inscrits paient la supervision clinique de leur poche. Dans ses Normes d’exercice de la profession à l’intention des Psychothérapeutes autorisés, il recommande à tous les stagiaires une heure de supervision clinique par tranche de quatre à cinq heures de contact direct. En raison des répercussions de la pandémie sur les candidats, le comité d’inscription a officiellement précisé les attentes de l’Ordre envers les inscrits qui n’ont pas encore passé l’examen :

  • Si un PA (Stagiaire) a suffisamment d’expérience clinique pour devenir psychothérapeute autorisé mais qu’il n’a pu passer l’examen d’inscription en raison de la pandémie, il peut réduire la fréquence de sa supervision clinique à environ une heure par tranche de dix heures de contact direct avec ses clients.
  • Si un PA (Stagiaire) a suffisamment d’expérience clinique pour avoir une pratique indépendante (la pratique indépendante est réalisé quand un PA a complété 1000 heures de contact direct avec ses clients et 150 heures de supervision clinique) mais qu’il n’a pu passer l’examen d’inscription en raison de la pandémie, il peut recevoir le supervision clinique au besoin, déterminer par l’inscrit et leur superviseur clinque.

Ces mesures sont censées s’appliquer jusqu’au moment où le candidat passera son examen. Par contre, s’il travaille dans un nouveau domaine comme la thérapie virtuelle dans lequel il n’est pas encore compétent, il doit recevoir plus de supervision clinique ou de formation. S’il échoue à son prochain examen, il doit subir une heure de supervision clinique par tranche de quatre à cinq heures de contact direct, comme le recommandent les Normes.

L’Ordre continuera de se montrer le plus souple possible en appliquant le règlement sur l’inscription tout en protégeant le public comme l’exige son mandat.

Les employeurs, les superviseurs cliniques et les membres de public peuvent vérifier à quelle catégorie appartient un psychothérapeute sur le répertoire public de l’Ordre (https://www.crpo.ca/find-a-registered-psychotherapist/ (anglais uniquement).